La Danse Corps et Graphies - Arthur Saint-Léon sur quatre cordes au quatre vents page -1

Si on connaît le nom d’Arthur Saint-Léon comme celui du chorégraphe, le Coppélius d’une Fille aux yeux d’émail automate, notamment, on se souviendra aussi qu’il fut danseur et partenaire de Fanny Cerrito surtout ou encore violoniste, et compositeur pour cet instrument à quatre cordes, dont il joua très tôt, comme de ses talents, ambitieux, déployés en roues brillantes aux quatre vents. Habile il savait séduire les directeurs des théâtres autant que la plupart de ses publics…

Eventail…
Arthur Saint-Léon représenté entouré de danseuses sur un éventail…

Premier mouvement… A corps

Sur l’archer un temps de flèche

Charles-Victor-Arthur-Michel Saint-Léon, dont on ne retient que le prénom d’Arthur, est né à Paris le 17 septembre 1821. Son père, Léon-Michel Saint-Léon était danseur et maître d’armes à l’Opéra de Paris.
C'est, encouragé par lui, que le jeune garçon s'intéressa à la musique et à la danse.
Il étudia ainsi le violon avec Joseph Mayseder, Maître autrichien, et l’italien Nicolo Paganini… et fit ses débuts de violoniste à l’âge de treize ans, à Stuttgart, où son père était alors employé comme Maître de Ballet à la cour des ducs de Würtemberg.
Maria Taglioni, se rappelle encore qu'il exerçait aussi comme Maître d'armes dans ses Souvenirs, au détour d'un duel qu'elle narre et dont les protagonistes "n'avaient jamais tenu d'épée, ils furent obligés de prendre des leçons d'escrime chez un certain M. Michel (père du danseur Saint-Léon qui avait épousé Mlle Cerrito) et seul Maître d'armes à Stuttgart."
Un an plus tard, à Munich, le jeune homme fit ses premiers pas sur scène, dans un ballet de Joseph Schneider intitulé Die Reisende Ballet-Gesellschaft, soit La Compagnie de Ballet Itinérante.
De retour à Paris, en 1837, Arthur Saint-Léon poursuivi sa formation de danseur, dirigé notamment par le maître de ballet François Decombe Albert ; il n’avait pas oublié la musique, puisqu’il donnait également des récitals de violon.
Sans doute le premier ballet dans lequel il avait paru portait-il un titre qui devait s’accorder au destin du jeune homme, qui en 1838, vint en Belgique pour débuter comme danseur de caractère Principal au Théâtre de la Monnaie, à Bruxelles…

Tours en l’air et pizzicati

Londres…
The Her Majesty's Theatre de Londres en 1844…

Danseur ou musicien, il enchaîna les tournées et parut dans les plus grandes villes européennes.
Il obtint bientôt un engagement comme danseur à Milan, où il rencontra Fanny Cerrito, sa "muse"… il se produisit pour la première fois aux côtés de cette grande ballerine à Vienne, et le couple fut bientôt consacré à Londres, où il parut dans nombre de ballets de Jules Perrot. On le vit notamment dans Ondine, en 1843, lors de la création ; Arthur Saint-Léon interprétait le rôle de Matteo.

Illustration musicale…
Ondine, "Polka Brillante et Valse Brillante, littographie…

Le virtuose créa en 1844 le rôle de Phébus dans La Esmeralda.
Bien qu’alors seules les ballerines fussent véritablement appréciées du public, Arthur Saint-Léon connut un immense succès. Son ballon et son élévation firent la réputation de l’un des tout meilleurs danseurs de son époque, dont le Times de Londres parla en ces termes significatifs : "his dancing is the sport of a young Hercules"…
"Sa danse procède de la séance de culture physique d’un jeune Hercule… Il a été tellement impressionnant dans ses tours de force que le public, - un public qui n’éprouve le plus souvent que détestation ou indifférence pour les danseurs masculins -, l’a acclamé aussitôt…. On ne peut avoir qu’une idée imprécise du nombre de tours qu’il est capable d’effectuer en une seule fois.".

Aurélie Dauvin © Corps et Graphies

La présentation et le contenu de ce site sont protégés par les lois en vigueur sur la propriétæ intellectuelle. Toute exploitation, même partielle, sous quelque forme que ce soit (écrite, imprimée ou électronique), est rigoureusement interdite sans l'autorisation expresse préalable des auteurs. Tout contrevenant s'expose à des poursuites et aux sanctions applicables conformément à la loi FranÇaise rægissant les droits d'auteur et aux lois du Copyright International.

Retourner en haut de la page Page modifiée le 20/10/2013.