La Danse Corps et Graphies - Le Lac des cygnes - légende… airs - Acte IV

Corps de Ballet
Corps de Ballet [du] Lac des Cygnes - 1895

Deuxième arabesque

Dans une lettre à Piotr Jurgenson, le 4 [16] Avril 1886, Piotr Ilitch Tchaïkovsky exprime sa préférence pour une représentation partielle du Lac des Cygnes "De tous les quatre actes, je dois choisir le second, et non pas le quatrième comme vous avez suggéré. Donc, n'oubliez pas: le second."

Sur la scène du Théâtre National de Prague, en février 1888, ce deuxième acte devint le premier ballet [partiel] russe présentée hors de son pays natal.

Le 17 février [1er mars] 1894, c’est encore cet acte II qui fut représenté sur la scène du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg à la mémoire du compositeur ; il avait alors été remonté par le maître de ballet Lev Ivanov et le chef d'orchestre Riccardo Drigo.

Le succès du ballet fut tel que le Directeur des Théâtre Impériaux de Russie, Ivan Vsevolozhsky souhaita recréer Le Lac des Cygnes dans son entier.

Le 17 [29] août 1894, il écrivit à Modest Tchaïkovsky: "J'attends avec enthousiasme le livret retravaillé du ballet. J'espère que vous avez réussi à omettre l'inondation de la dernière scène… et plus tard, le Prince qui enlève la couronne de la tête de son cygne bien-aimé et la détruit? Tout cela mène à la confusion. Je ne peux commander les décors de scène avant que l'on ait décidé l'histoire, mais il reste beaucoup de temps."

Ivan Vsevolozhsky
Ivan Vsevolozhsky Le Lac des Cygnes

L'argument ainsi "réécrit" figure sur la partition d’orchestre du Lac des Cygnes opus 20, datée du 5 octobre 1895 - imprimée à Moscou -. Le synopsis de la version complète du ballet - en quatre actes - chorégraphié par Marius Petipa et Lev Ivanov pour le Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg fut rédigé en Français…

La scène se passe en Allemagne au temps fabuleux des contes.

Acte I

Jardin magnifique, au fond : un château.

Scène 1

Benno et les amis du prince Siegfried, l’attendent pour célébrer, par une joyeuse fête, l’époque de sa majorité. Le prince entre, suivi de Wolfgang (son précepteur). Le festin commence. Des paysans et des paysannes arrivent pour féliciter le prince, qui ordonne de donner à boire aux hommes et d’offrir en cadeau des rubans aux filles. Wolfgang déjà un peu gris fait exécuter les ordres de son élève. Danses des paysans.

Scène 2

Des pages accourent et annoncent l’arrivée de la princesse mère. Cette nouvelle interrompt la joie générale. Les danses cessent et les serviteurs se dépêchent d’enlever les tables et de faire disparaître les traces du banquet. La jeunesse et Wolfgang font des efforts pour cacher leur commencement d’ivresse. La princesse entre précédée de sa suite ; Siegfried va à sa rencontre et lui souhaite respectueusement la bienvenue. Elle lui reproche doucement de vouloir essayer de la tromper, car elle voit bien qu’il est en fête, quoiqu’il le lui dissimule, et elle lui fait savoir qu’elle est venue, non pour l’empêcher de se réjouir en compagnie de ses amis, mais pour lui rappeler que le lendemain est le dernier jour de sa vie de garçon ; il doit choisir une fiancée. A sa question : qui sera cette fiancée ? La princesse répond que cela se résoudra au bal du lendemain, auquel elle a invité toutes les jeunes personnes ayant les qualités voulues pour être sa fille à elle, en devenant sa femme à lui. Il choisira parmi elles, celles à laquelle il voudra bien donner ce titre. En lui permettant de continuer le festin interrompu, la princesse s’éloigne.

Scène 3

Le prince est pensif, il lui est triste de quitter la vie joyeuse et libre de garçon. Benno lui fait entendre qu’il a bien tort de se gâter la joie présente par les soucis du lendemain. Siegfried donne le signale de la continuation de la fête. Le festin et les danses recommencent. Wolfgang, tout à fait gris, devient un sujet de risée générale en prenant part aux danses.

Scène 4

Le soir approche ; encore une danse, la dernière, celle des adieux, et l’on se séparera. Danse au tintement du choc des verres.

Scène 5

Une bande de cygnes traverse le ciel. Les jeunes gens sont loin de penser au repos. La vue des cygnes leur suggère l’idée de finir la journée par une chasse. Benno connaît l’endroit où les cygnes passent la nuit. Laissant sur la scène Wolfgang ivre mort, Siegfried et ses amis partent à la recherche des cygnes.

Le prince Siegfried
Pavel Gerdt en prince Siegfried dans Le Lac des Cygnes - 1895

Acte II

Endroit montagneux, au fond de la scène, un lac, à droite sur le bord, les ruines d’une chapelle. Clair de lune.

Acte II
Gravure - début de l'acte II du Lac des Cygnes, Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg - 1895

Scène 1

Sur le lac, passe à la nage, une bande de cygnes blancs, ayant à leur tête l’un des leurs, portant une couronne.

Scène 2

Entrent Benno et quelques compagnons de la suite du prince. Voyant les cygnes, ils veulent tirer sur eux, mais ces derniers s’éloignent en nageant. Benno envoie ses compagnons prévenir le prince qu’ils ont trouvé la trace des cygnes. Il reste seul. Les cygnes, transformés en jeunes beautés, entourent Benno, qui est émerveillé par cette magnifique transformation et est sans force pour lutter contre leurs enchantements. Ses amis reviennent, le prince les suit. A leur entrée, les cygnes se retirent. Les jeunes gens se mettent en mesure de tirer sur eux. Le prince entre et veut aussi leur décocher une flèche, mais à ce moment les ruines s’éclairent d’une lueur magique et Odette apparaît, implorant grâce.

Le Lac des Cygnes
"sur" Le Lac des Cygnes… Théâtre Mariinsky - 1895

Odette
Pierina Legnani en Odette dans Le Lac des Cygnes

Scène 3

Siegfried, frappé de sa beauté, défend à ses amis de lancer leurs flèches. Elle lui exprime ses remerciements et lui raconte qu’elle est princesse, son nom est Odette et que les autres jeunes filles qui sont sous sa domination, sont comme elles, les malheureuses victimes d’un méchant génie qui sous la forme d’un hibou les surveille. Ces effroyables enchantements doivent continuer jusqu’à ce que quelqu’un aime Odette, sans la trahir, et pour la vie ; et ce n’est qu’un homme n’ayant jamais prononcé de serment d’amour à une autre jeune fille qui peut devenir son libérateur et lui rendre sa forme première. Siegfried sous le charme, écoute Odette. A ce moment, le hibou vole vers les ruines, où il apparaît sous la forme du méchant génie. Il se retire après avoir écouté la conversation des jeunes gens. Siegfried est pris d’horreur à la pensée qu’il aurait pu tuer Odette alors qu’elle avait la forme d’un cygne. Il casse son arc et le jette avec dégoût. Odette console le jeune prince.

Scène 4

Odette appelle ses amies et ensemble elles font tout leur possible pour distraire le jeune prince par leurs danses. Siegfried, de plus en plus sous le charme de la beauté de la princesse, lui offre d’être son sauveur. Il n’a jamais fait d’amoureux serment à personne et peut donc la délivrer des enchantements du hibou ; il le tuera et délivrera Odette ! Celle-ci lui répond que cela est impossible ; la mort du méchant génie ne peut arriver qu’au moment même où quelqu’insensé sacrifierait sa vie par amour pour elle. Siegfried est prêt à cela : il donnera avec plaisir sa vie pour Odette ! La princesse croit à l’amour de Siegfried, elle croit aussi qu’il n’a jamais juré sa foi à personne, mais elle sait que le lendemain à la cour de sa mère se présentera toute une foule de jeunes filles parmi lesquelles il doit en choisir une pour épouse. Siegfried lui répond qu’il ne se déclarera fiancé que si elle, Odette, assiste à ce bal. La malheureuse fille lui dit que cela est impossible, puisqu’à l’heure du bal, elle aura la forme d’un cygne et ne pourra que voler autour du château. Le prince lui jure que jamais il ne la trahira. Odette touchée de l’amour du jeune homme, reçoit ses serments, mais le met en garde en le prévenant que le méchant génie fera tout pour arriver à lui faire jurer son amour à une autre jeune fille qu’à elle. Siegfried lui renouvelle la promesse qu’aucun enchantement ne pourra l’enlever à elle.

Scène 5

L’aurore paraît. Odette fait ses adieux à son bien-aimé puis, suivie de ses amies, disparaît dans les ruines. Les clartés de l’aurore augmentent. De nouveau, la bande des cygnes apparaît nageant sur le lac. Au dessus d’elle, un grand hibou vole, remuant lourdement les ailes.

Acte III

Salle richement décorée. Tout est préparé pour une fête

Scène 1

Wolfgang donne les derniers ordres aux domestiques. Le maître de cérémonie reçoit et place les invités qui arrivent. Entrée de la princesse mère et de Siegfried précédés de leur suite. Cortège des fiancées et de leurs parents. Danse générale. Valse des fiancés.

Scène 2

La princesse mère demande à son fils laquelle des jeunes filles lui plaît le mieux. Siegfried lui répond qu’il les trouve toutes charmantes mais que parmi elles il n’en voit aucune à laquelle il pourrait jurer un éternel amour.

Scène 3

Les trompètes annoncent l’arrivée de nouveaux invités. Von Rothbart entre avec sa fille Odile. Siegfried est frappé de la ressemblance de cette dernière avec Odette ; il la complimente avec enthousiasme. Odette sous la forme d’un cygne apparaît à la fenêtre et veut mettre son bien-aimé en garde contre les enchantements du méchant génie ; mais lui, émerveillé de la beauté de la nouvelle arrivée, n’entend rien et ne voit qu’Odile. Les danses recommencent.

Danse vénitienne
Danse vénitienne à l'acte III du Lac des Cygnes - 1895

Danse hongroise
Marie Petipa et Alfred Bekefi dans la Danse hongroise à l'acte III du Lac des Cygnes - 1895

Mazurka
Julia et Félix Kschessinsky dans la Mazurka à l'acte III du Lac des Cygnes - 1895

Scène 4

Le choix de Siegfried est fait ; persuadé qu’Odile et Odette sont une seule et même personne, il la choisit comme fiancée. Von Rothbart prend d’un air triomphant la main de sa fille et la donne au jeune prince qui devant toute l’assemblée lui prête un serment d’amour éternelle. A ce moment tout est plongé dans l’obscurité. Un sauvage éclat de rire résonne. Odile se transforme en hibou qui jetant un cri s’envole par la fenêtre. Odette y apparaît se tordant les mains de désespoir. Tout le monde est terrifié. Le prince affolé, en voyant Odette comprend qu’il a été victime d’une supercherie et dans un élan de désespoir, il s’enfuit. Consternation générale.

Acte IV

Endroit désert près du lac des cygnes. Au fond les ruines de la chapelle enchantée. Rocher au bord du lac. La nuit.

Scène 1

Les cygnes sous la forme de jeunes filles attendent avec agitation le retour de leur bien-aimée souveraine Odette. Pour diminuer la longueur du temps et calmer leur inquiétude, elles essaient de se distraire par des danses.

Scène 2

Odette accourt, les cygnes vont joyeusement à sa rencontre mais le désespoir s’empare d’eux en apprenant l’involontaire trahison de Siegfried. Tout est fini ; le méchant génie a triomphé et pour la pauvre Odette il n’y a plus de salut. Elle se voit condamnée à toujours subir l’odieux esclavage du méchant génie. Pendant qu’elle est encore sous sa forme de jeune fille, il vaut mieux mourir dans les eaux du lac que de vivre sans Siegfried. Elle fait ses adieux à ses amies. Un commencement de tempête annonce l’approche de leur maître.

Scène 3

Odette est prête à se jeter du haut d’un rocher dans le lac, quand Siegfried apparait ; il implore son pardon. Odette ne se sent pas la force de mourir sans lui dire un dernier adieu ; elle lui pardonne, mais que peut faire ce pardon : le triomphe du méchant génie la condamnant à vivre sans lui, elle préfère mourir. Siegfried ne supportera pas cette affreuse séparation et lui aussi mourra et comme il mourra par amour pour Odette, il se vengera du méchant génie en devenant, par là, la cause de sa mort. Odette embrasse Siegfried une dernière fois et se précipite dans le lac.

Scène 4

Le hibou arrive en volant. Siegfried se poignarde et le hibou tombe mort à terre. Le lac disparaît.

Apothéose
Apothéose du Lac des Cygnes, décor par Mikhail Bocharov, Théâtre Mariinsky - 1895

Apothéose

Le royaume de la mer… des nymphes, des naïades accueillent Odette et son bien-aimé et les enlèvent vers le temple du bonheur éternel.

Aurélie Dauvin © Corps et Graphies

La présentation et le contenu de ce site sont protégés par les lois en vigueur sur la propriétæ intellectuelle. Toute exploitation, même partielle, sous quelque forme que ce soit (écrite, imprimée ou électronique), est rigoureusement interdite sans l'autorisation expresse préalable des auteurs. Tout contrevenant s'expose à des poursuites et aux sanctions applicables conformément à la loi FranÇaise rægissant les droits d'auteur et aux lois du Copyright International.

Retourner en haut de la page Page modifiée le 06/05/2015.