La Danse Corps et Graphies - Rencontre avec Paul Marque et Peggy Dursort - Tours en [d']eux… or

Lire l'entretien en Français

During the summer of 2016, Paul Marque became one of the laureates of the prestigious International Ballet Competition IN Varna, following the path of beautiful artists, such as Mikhail Barychnikov, laureate in 1966, fifty years ago, and, amongst other medals won by Paris Opera Ballet dancers, Patrick Dupond in 1976, forty years ago.
Peggy Dursort, also dancer at the Paris Opera Ballet, joined Paul as her coach on his trip to Bulgaria.

A few weeks after this contest, "Corps et Graphies" met with the dancer and his coach, and here are some of their memories…

Aurélie [Dauvin]: Paul, how did you make the decision to enter the Varna contest?

Paul [Marque]:I discovered this contest some time ago, while watching some videos. And I had in mind to participate one day. And this idea made its way…

When Ambre Chiarcosso, female dancer at the Paris Opera Ballet, asked me back in December 2015 if I was willing to participate next summer in this contest, my reply was "of course"!

We started rehearsing four months before the event, but unfortunately Ambre got injured just two weeks before departing to Varna. But we made the decision with Peggy to maintain the trip to Varna.

Aurélie: Did you attend other competitions before?

Paul: No, this was my first international experience.

Aurélie: What about you Peggy, as a dancer yourself?

Peggy [Dursort]: Not either, my only contest experience was when I was very young, to enter the Corps de Ballet of the Paris Opera.

contest variation
Peggy Dursort, Grand Pas [Classique] [d'Auber] - Paris Opera Ballet internal promotion contest

Aurélie: What did you know about this contest? Did you watch some of their broadcasts?

Peggy: I had heard how difficult this famous international contest was, with difficult working conditions, and many talented dancers taking part.

Paul: I already knew a lot about this contest, so famous among the world of dancers, and I also knew some dancers who were participating this year…

Aurélie: As a candidate, did you have the feeling you were putting your feet in the footsteps of dancers you admire?

Paul: Of course, even though I was willing to create my own path.

Aurélie: Therefore you chose a charming coach…

Dancer...
Peggy Dursort dancing Raymonda variation, acte III

Paul: Having a coach is not compulsory. I was there to dance, and she managed all the rest (massage, teacher, PR Agent, psychologist…). And I am convinced that having such a coach working for you is almost indispensable in such an environment.

Aurélie: Who selected Peggy in fact?

Peggy: The Paris Opera Ballet does not dictate the choice for the coach.

I just accepted a professional offering, this happened naturally and made me very happy.

Paul: With Ambre, we made our choice, quite naturally. We worked a lot with Gregory Gaillard (dancer at the Paris Opera Ballet), and we asked him to join us for the Varna adventure. Unfortunately, he already had other commitments. So we quickly decided about Peggy who said "Yes" immediately.

Aurélie: Question for Peggy: how does one become a coach?

Peggy: During all my years of learning, and during my professional career until now, I have been quite lucky to meet great masters who nurtured me, technically speaking, also on the intellectual and spiritual sides. Transferring and giving back what I had been lucky enough to receive, was an evidence for me. My coach qualities towards Paul have been more on the intuitive side. I always knew these qualities were inside of me, but I never had the opportunity until now to put them into practice. Coaching Paul was the opportunity to live my dream. I had the feeling I was efficient, in the right place and at the right time.

Aurélie: Can you describe your role at Paul’s side during rehearsals?

Peggy: Rehearsals took place sometimes during the day (with 40 °C), or at night in a sport hall dedicated to basket-ball. Of course I was able to have a demanding attitude on the technical and artistic improvement of Pauls’ variations, as I had my video camera along. I had to adapt to his level of exhaustion, to his current state of mood, to the backlash of previous night’s performance, and of course to the local working conditions. It was essential for me to have him go back to work, with some rigor. Nothing should be left aside, to allow him to work with a free mind despite the conditions or the results, good ones or bad ones.

Contrarily to other coaches, I had to be located in the contest hall. This allowed me to judge his work from a distance, and most of all, to give him a sense of freedom and be the only Master of the place.

One of my goals was to teach him to have a precise vision of his stage locations. We chose together the various entries on stage. He also became more aware of his presentation attitudes, and also stage exits.

I also had to cope with some problems learned on site (emergency): how you do create a lightshow at 5 in the morning... Also had to kindly negotiate respect of rehearsal schedules with other competitors, or pay attention to the various musical scores.

Aurélie: During contest times?

Peggy: I was either in the hall or backstage during those evenings.

Before each round, I asked Paul to visualize everything he had to offer while dancing. I also warned him to keep a maximum lucidity and be perfectly aware of each moment while listening to the music, since music was its biggest supporter on stage.

After each round, I met him backstage and helped him to change clothes. At this moment I realized how difficult it was to zip and unzip his doublet in a limited time.

To sum up, during those performance evenings, I instinctively felt I had to support him with much care and love.

Aurélie: What about in between dance moments?

Peggy: My role was to precisely manage the daily planning, making Paul as comfortable as possible in order to optimize performance and recovery. The alarm clock would ring ten times during a perfectly synchronized day. Debriefs took place at the hotel or in the park one after the other, before and after work. Working on video was very important. We talked about it and decided together on the improvements to be brought to his variations. Paul would then conscientiously work on the corrections and visualize what he aimed at.

I created for him a daily physical training and recovery routine, and we were lucky enough to be accommodated at the Graffiti Hotel which had a fully equipped fitness room.

In the evening, I just made some massage, so that he could easily fall asleep and recover as much as possible during the night.

I also had to keep communicating on social networks to keep our supporters and donators from AROP informed, so that they could follow his path "live".

One of my goals was also to made him aware abut international news, so he could know what he had to do on stage as an artist and ambassador for beauty, peace and dream, beyond competition.

Moments of rest were essential, and of course nap time, but also laughter, complicity, just feeling good.

We also respected our independence, our various rhythms and enjoyed our meetings with other dancers.

Complicity...
Peggy Dursort and Paul Marque, standing in front of the Graffiti Gallery Hotel, just before the second turn of the Varna IBC

.

Paul: Everything, apart from work planning, was managed by Peggy: she cared about the time table in order to optimize recovery time. She would set a time for any activity, and I just had to follow the schedule!

Aurélie: What were your impressions about the contest regulations?

Paul: We had a lot of freedom. Our free time made it easy for us to organize working and recovery schedules, apart from the "mandatory" rehearsals and time spent on stage.

Aurélie: Anything that was not authorized? Or anything that you felt was missing?

Peggy: Contests ran one after the other, and we were completely committed. Therefore we did not have too much leisure time, in order to stay focused on our goals.

The only delicate moment in terms of respecting regulations was to cope with the first Gala evening, the day after the results were announced. We did not fully recover from our emotions the previous day, and fatigue was there. We would have loved to have a day off in order to cool down a bit and focus again on the forthcoming Gala evenings, as it required as much attention as the competition itself.

Gala evening
Peggy Dursort and Paul Marque, in front of their hotel, just before the Gala evening and awards night
Paul danced the Donizetti variation and the Grand Pas [Classique] [d'Auber]

Paul: I don’t think I missed anything in particular, maybe a lack of time. The competition lasts for a long time, but you always have the feeling you’re running behind schedule. Everything chains up very quickly, rehearsals, examinations and gala evenings.

This being said, the Varna competition with optimal conditions (recovery time) would not be the same!

Aurélie: Did Peggy meet your expectations?

Paul: she did more than that! We did not know each other very much before going to Bulgaria, but I felt I met a very nice person, sensitive, receptive and with a motherly side. She was exactly the right person for me during this competition. She played her role as a coach at 200%, while it was her first experience in such a job. She followed her excellent intuition throughout the competition, and helped me a lot. She was anticipating every rehearsal, each break, any small detail which could appear as insignificant, but in fact a major detail. But she also was my private masseuse, my PR agent, my psychologist, my wardrobe keeper, etc, in fact a whole variety of roles that she efficiently performed. From the beginning of the competition, she brought a lot to me on the human and professional levels. I can only say ""Thank You" for all the things she taught me.

Aurélie: how did you choose the variations presented during the competition?
Who made the choice?

Peggy: It was not me.

Paul: You have to remember that I was first preparing with my colleague Ambre. We had five Pas de Deux to prepare (3 classical ones and 2 contemporary ones). When Ambre got injured, I had to change the program and select 8 variations (6 classical ones and 2 contemporary). The choice was easily done, as I selected the variations from the Pas de Deux originally chosen with Ambre. Then we made another selection of three rows for each of the three selection contests in order to find out which ones would be the most suitable.

Aurélie: How many variations are imposed for the competition in terms of numbers and styles (classical, neo-classical or contemporary)?

Paul: There is no imposed variation. Their criteria are different: for the first turn, they must be selected from a large list given by the competition. For the second and third rows, all classical variations must belong to a certain time, and contemporary variations must date less than five or ten years ago.

Aurélie: Peggy can you please give us your opinion on Paul’s choices, first of all for the first tournament?

Peggy: His selection of variations was excellent, as it allowed Paul to express the elegance of the French School, and also his own wonderful qualities.

Aurélie: What about the second phase?

Peggy: La Sylphide by Pierre Lacotte is a stylish exercise, and Paul showed once again what the essence of our Opera House in Paris is.

Giselle was one of his most recent choices, since he was supposed to dance in couple at first. This Giselle variation allowed him to reveal his sensibility and passion.

Selecting Blake Works I was also a last minute decision, but a good one, as it was the proof that we have the opportunity in Paris to work with the greatest choreographers, such as William Forsythe.

Aurélie: And what about the final run?

Peggy: Etudes, was also a last minute choice. This is brilliant variation, a long-time classic piece, often expected by the audience. In fact this was the perfect choice for the final.

Donizetti was a remarkable choice. Paul did excellently in this variation and emphasized the quality of M. Legris’ choreography, who is one of my most respected artists.

Genus, created by Wayne McGregor, another great choreographer, was a pertinent choice for the contemporary side of this competition. Paul was able to demonstrate his sense of move, outside of the classical repertoire.

Aurélie: Selecting Donizetti variation by M. Legris was also a nice wink towards Mr Legris, former laureate of this competition…

Paul: I used to work with Ambre on the Donizetti Pas de Deux, and I loved this piece, using a still unknown technique, but also very inspired by the French style.

Before leaving for Varna, we had the opportunity to meet with Manuel Legris and work with him on this Pas de Deux, which was a great chance. Getting the vision and the corrections from the choreographer, whenever this is possible, is essential. On top of that, I was wearing a costume from M. Legris to dance this very variation!

Aurélie: Let’s have a look at these variations, one after the other. Here is the stage album from Varna with the classical variations videos that you gave me.

You will be able to watch this video album by using the forward/backward arrows, picture by picture.
You may stop watching a variation using the Pause or Stop button, and start again with "read"

Theater
Varna open-air theater - International Dance Competition stage


Daniel-François-Esprit Auber : Grand Pas Classique


Piotr Ilitch Tchaïkovsky : Le Lac des Cygnes, variation de Siegfried


Jean-Madeleine Schneitzhoeffer : La Sylphide, variation de James


Adolphe Adam : Giselle, variation d'Albrecht


Carl Czerny : Etudes


Donizetti Variation - chorégraphie de Manuel Legris

Félicitations !
Paul Marque - awards night of the 26th Varna IBC - July 2016
(Photography: Viktor Viktorov - IBC-Varna)

Aurélie: What was your impression of the level of competition?

Peggy: Varna invites dancers from the whole world. Each competitor brings along international choreographic skills. Some are more technical, others more artistic. The level of competition was high and indicated the high potential of this rising generation.

Paul: Unfortunately I did not have much chance to see the others dancing, so I am not in a position to judge about the competition level.

Aurélie: How do the competitors reveal themselves?

Peggy: Some dancers showed a huge potential at the beginning, then turned more discrete. On the other hand, other dancers confirmed our first impression and expressed new and interesting sides of their own personality during the other phases of the competition.

Paul: I would say « yes and no… ». Each dancer enters the competition with his/her own experience and also a different background. Each path has required many years of hard work. Even if the Varna competition is long one, no dancer can reveal himself/herself on such a short period of time. However it is well known that some of them just attend this competition to be "discovered".

Aurélie: Any competitors that you knew before?

Peggy: I used to know Neven Ritmanic who spent one year at the Opera de Paris…

Paul: I also met before Neven Ritmanic, and also Gilles Delellio a year ago during the Biarritz training, but once again I never had the opportunity to see them on stage…

Aurélie: Any competitors that you feared?

Paul: I hear about a few very good dancers during the competition and I heard the audience cheering some of them. But again I never saw them dancing, so I did not have a clue about their level.

Aurélie: Anyone you discovered during the contest, and even beyond the scene?

Peggy: We were lucky enough to meet other great dancers and members of the jury, especially Eric Vu An who gave previous advice to Paul for his career path. We also met with Aurora Bosch, Vladimir Vassiliev, Eldar Aliev, with a lot of fruitful exchanges. We also met the elegant Director of the China Ballet, Ms Feng Ying… We also talked with the staff dedicated to the Varna competition, and of course with many dance lovers who came to attend the competition.

Paul: This is true my address book is a lot bigger since Varna ? Once the competition is over, candidates tend to open up (at least I did) more to the others.

I had the opportunity to meet many dancers from all other the world, and also big names from the jury, such as Eric Vu-An, Vladimir Vassiliev, Eldar Aliev, Feng Ying, Aurora Bosch or Hiroaki Imamura. I also met many dance lovers from many countries who came especially to Varna for the competition.

Aurélie: Was it possible to see each other every day?

Peggy: Yes, on a daily basis during the competition, and even more often during the gala evening, and during the party organized after the first show.

Paul: Of course we could meet each other, first of all, during the competition nights, in the warming up room, in the « loges » or backstage, and during rehearsals in the studio and on stage. But before the end of the competition, I did not have had many contacts with the other candidates. I actually met them during the gala evenings, once results were announced.

Variation
Paul Marque performing a "coupé-jeté" - James Variation - La Sylphide Act II - Choreography: Pierre Lacotte
26th Varna IBC - Second run - July 2016
(© IBC-Varna)

Aurélie: Paul, did you watch your fellow competitors on stage? Did you have the feeling you were being observed?

Paul: A draw by lots was organized to select the order of passage at the beginning of the competition. Since I draw a very high number (154 out of 155 participants), I had to rehearse or compete almost in the last position, so I did not see the other competitors. This was at the moment very frustrating, but it also allowed me to remain focused.

Aurélie: I suppose that Peggy was observing the others. What was your feedback towards Paul?

Peggy: I did attend most of the competition evenings, while Paul could take a rest and get concentration. Observing the others was a personal enrichment, and I shared my impressions with Paul. It also helped me to figure out what I was expecting (or not) from Paul on stage through the other competitors successes or failures on stage.

I never worried when sharing my feelings with Paul. It was obvious for me, and I told him in the very early stage, that the only real competitor he had to face was himself…

Aurélie: Did you set up any kind of strategy?

Peggy: Our strategy was a very simple one: complicity, sincerity, authenticity…

Aurélie: The IBC in Varna takes place in an open-air theater. Any problems with this?

Paul: I did not find anything difficult to this open-air theater. The fact it was located close to the sea was more of a problem, since the iodized air made the floor quite slippery, therefore more dangerous for dancers.

Aurélie: What about your sensations in such a special environment?

Albrecht
Paul Marque in the Albrecht variation - Giselle Act II - choreography by Jean Coralli and Jules Perrot
26th Varna IBC - Second run - July 2016
(© IBC-Varna)

Paul: This was the first time I ever had to face dancers from all other the world, in a totally unknown city. So I had a variety of surprising sensations, and Peggy helped me to cope with them.

Aurélie: By awarding you the Gold Medal, which qualities have been spotted by the jury?

Paul: I know that the jury uses ranking system with points, but I am not aware of the ranking criteria.

So I do not exactly know what they liked in me. Dancers from the whole world were in the competition, so we all showed various techniques. Maybe the so-called French School style was more appreciated than other styles.

Aurélie: Peggy, your role as a coach was so important, but no prize is ever awarded to coaches… And this is often the case for people working in the shadow, to make others succeed, only dedicated to art.
You may find it difficult to talk about your own qualities, but please don’t be modest!

Peggy: Indeed this is no easy task talking about yourself… I may just say that I gave everything I had inside of me to make Paul succeed. I was 100% invested with joy and passion. This was a joyful experience at his side, and an unforgettable event in an artist life.

Aurélie: What was the biggest difficulty to overcome in your role as a coach?

Peggy: Paul is an instinctive and passionate dancer who needs to feel like doing things. The day after big performances, it proved a bit difficult for him to reinvest himself into demanding rehearsals, which is fair enough, as he is just a human being… Tiredness, adrenalin, stress from the day before, no time to recover or to have a break, all these components had an influence on him, even though he is a hard working dancer. I had to put him back in track, to push beyond his limits and be the iron hand in a velvet glove. This was difficult for me, but I knew I was right to do so, and did not respect his personal rhythm and vital needs. But I do not regret anything. The second huge difficulty was to work in a studio not adapted to dance (hard floor). So I had to ask Paul to mime (mark), which was visible afterwards when he had to rehearse on stage. I took the risk to go on stage outside of our regular rehearsal time, not knowing if this would be possible. We were lucky enough to do so, and able to rehearse at times nobody wanted to, very early in the morning, or at noon with 40 degrees C. One more time, Paul managed to adapt to these conditions, having only slept two hours during the night, or coping with oppressive heat. And he was concentrated on his work.

Aurélie: Paul, what was the biggest difficulty you had to face in Varna?

Paul: Working conditions were very tough in Varna.

Our rehearsal studios were not adapted at all for dancing. We were in a basket-ball hall with a concrete floor, or in another room with a slippery and hard wooden floor, with an artistic gym lesson taking place at the same time, only separated by a curtain…

Rehearsal schedule in the studio took place very early in the morning, far away from the city center. Rehearsal time on stage were either in the morning, or late in the day (just before the competition), or at noon with a crazy heat. Some rehearsals also took place during the night at odd times (from 1.30 am until 5.30 am for instance…). Since temperature was lower, our bodies did get easily cold too.

Rehearsal times also depended on the competition runs: an hour/an hour and a half in the studio, then 30 min during the day, and precisely 4 min per variation during the night.

Mazurka
Paul Marque in the Etudes Mazurka, performing a "cabriole arabesque" - Choreography by Harald Lander
26th Varna IBC - Third run - July 2016
(© IBC-Varna)

Aurélie: Why did rehearsals take place at night?

Paul: We had to be in the same conditions as the D Day. Since this is an open-air theater, light show would only be on at night. This is why competition only started when the day had gone. Once the competition was over, we could then use the stage for rehearsals.

Aurélie: How did you get on with these conditions?

Peggy: It happened rather naturally. Rehearsal nights became days for us, and our days turned into nights. We were able to recover with daily siestas.

Paul: It was rather easy to manage. I had already learned to warm up in a small period of time, and to get, and stay focused outside of regular hours. And the rest followed easily, as my passage on stage was timed. Peggy and I already thought about what was to be done on stage in a given time. When time was too long between two runs, Peggy started the correction work.

Genus
Paul Marque in Genus, choreography by Wayne McGregor
26th Varna IBC - Third run - July 2016
(© IBC-Varna)

Aurélie: How was the audience in Varna?

Peggy: The audience was composed of Ballet fans from all other the world, also inhabitants from Varna, and some tourists, curious about the event.

Audience reaction was fairly open. Various talents were welcomed with a lot of enthusiasm, but less talented dancers were also respected.

I was touched by their welcome to Paul, after his first run, as they granted him with a standing ovation. Many people came to congratulate Paul, and cheer him up for the next stages of the competition.

Paul: The audience included a lot of « connoisseurs ». You could feel it. People attending have certainly attended or participated in other competitions. They were very enthusiastic, give free applauses and are very kind. I had the opportunity to meet some of them.

Aurélie: What about social networks?

Peggy: I was trying during my free time to post information for Paul’s followers, and make them feel they were close to us and the competition.

We received a strong support, cheers and congratulations.

This energy meant a lot to us. It gave us a positive drive, and I would like to express since thanks to all of those who contributed.

Paul: I was lucky enough to receive a strong support with many messages or publications on social networks, would it be from my family, from friends, from Paris Opera dancers, or other people following me. All of this gave me a strong motivation.

Aurélie: Who was managing the social networks?

Peggy: I did, but I always shared my decisions with Paul.

Paul: Peggy did a lot in that respect! She was dealing with video editing, writing messages, replying to some people, etc. This gave me more time to recover, more time for make-up, sleeping or eating. Peggy played the role of a press agent in fact!

Aurélie: Was it a kind of recreation or another compulsory task in order to meet your followers’ expectations?

Peggy: I never felt obliged to do so… We were in a foreign country in a competition context. Having connections with our professional family, our respective families and friends, plus Ballet aficionados gave us some air to breathe, and this was nice to get support from our own country.

Paul: This was not a constraint at all! On the contrary, these were moments of motivation, giving me energy. When you feel supported, surrounded by positive waves, this is very important.

Curtain call
Paul Marque, Curtain call - Albrecht variation Acte II - Giselle
26th Varna IBC - July 2016
(Photography: Viktor Viktorov - IBC-Varna)

Aurélie: What was the most surprising in Varna?

Peggy: Bulgarian people were very kind. We ate wonderful meals for almost nothing. The town of Varna is beautiful. Competitors showed a lot of respect to each other, and the quality of competition was high.

Paul: Everything and nothing in fact. Before our departure, I searched a lot of information on the internet, but also from dancers who competed before in Varna. This helped me to get prepared. But once you get there, since you may never really anticipate everything, you just use more or less improvisation.

Aurélie: What may Varna bring to your career?

Paul: Varna is a competition where you may earn a lot more than a medal and a prize. Just all the work achieved and the progress made is a huge reward. During that time of the year, we have a very busy schedule: the Opera season (rehearsals and shows), the Gala season (again rehearsals and shows, plus traveling in France and abroad), and of course the rehearsals for the Varna competition.

I found it very interesting, once in Varna, to meet with other candidates, jury members or Ballet fans from all the other the world. I discovered news ways of dancing Ballet, new techniques, a new kind of audience with different expectations, and also big names of Ballet in the jury. All these new encounters, either professional or friendly ones, bring you a lot.

The prize of course, with the medal, is very important. It brings you a wider fame, or even proposals for gala evenings.

Many dancers certainly attend this contest in the hope for a prize and a medal, but you can never imagine the outcome until the competition is over.

Aurélie: Peggy, can you sum up your new experience as a coach in Varna?

Peggy: Varna is an unforgettable, even magic, experience. I discovered in Paul a magnificent dancer. The fact of going with Paul to this international contest, made me play the role of a private coach, but I still think that you can never teach anybody, you may just help him to discover his own capacities.

The role of a coach goes beyond teaching, such as providing a daily mental preparation, organization skills, adaptability, being able to optimize the dancer’s performance using a precise daily routine, managing emotions, being careful, dedicated and bringing him much affection. I now realize how this experience made me aware of additional capacities.

A few weeks ago, I was very pleased to be accepted in the second year of STAPS master (training and optimizing high level sportsman performance, including mental preparation), that I will pursue in parallel to my career at The Paris Opera. Considering my demanding experience in Varna, I think I am now well prepared for this new challenge ?

I would like to extend warm thanks to Aurelie Dupont and Clothilde Vayer who accepted this additional training. This will be a wonderful experience for me, as I will discover new techniques and tools in order to extend my instinctive and intuitive capacities.

Inspiration...
Paul Marque and Peggy Dursort: last debriefing/inspiration on the terrace of the Graffiti Gallery hotel before the third run of the Varna IBC

Aurélie: How did the Paris Opera Ballet support the adventure?

Peggy: The Paris Opera provided us with much help, advice and support, but left us rather free of our choices regarding Varna. We received some financing from AROP, which helped us live in optimal & comfortable conditions when in Varna. And the Opera staff was of a great help: Paul received sound tapes of an optimal quality, wonderful costumes and ballet shoes with the appropriate colors for each outfit. The video team also kindly provided us with all the variations selected for the competition.

Paul: The Paris Opera was very present. And AROP completely paid for our trip. It must be underlined, and we thank them for their huge support.

In addition to this, many dancers who participated before in Varna, supported me (Hugo Marchand, JL Quer, Hannah O’Neill,…), and also the teachers I worked with, such as Gregory Gaillard. They all managed to give me motivation whatever circumstances were.

I also received many supporting messages from dancers, before, during and after each competition, even during rehearsals… I think that this kind of moral and affectionate support is very important when you find yourself in an unknown environment. You may easily get upset or afraid, and reading their lines was transforming my stress (negative for me) into adrenalin (positive stress).

Once the competition was over, I also received very kind messages from these same dancers, and once back to Paris, they were very kind to me again.

Aurélie: how did you perceive reactions during the competition, and after the results?

Peggy: Reactions during the competition mostly took place on social networks, and Paul had many supporters. After the results, supports ware virtual ones, but also more intimate, by phone, with close friends and family, and the Paris Opera staff.

Emotion...
Paul Marque and his coach, Peggy Dursort, during the awarding of the Varna IBC Gold Medal - Cherno More Interhotel, Varna

Aurélie: Which memory from Varna will remain the most beautiful one?

Peggy: The experience itself, but also all the great people we met.

As a coach, after his first run on the stage, I had to join him and help him to put on his next costume. To do so, I walked around the theater trough this mythical green path of Varna. I was overwhelmed with emotions and I was crying when I joined him… A real moment of purity. I had only felt like this once when attending The Rite of Spring by Pina Bausch in Garnier.

Of course, one of the highlights was the awarding of the Gold Medal when we fell in each others’ arms. This was such a nice result for Paul, after such a huge work and investment for our common passion. I was happy to share his joy.

Paul: I have so many memories! This is quite hard to select just one among so many. Usually I am a rather shy guy, but during this contest, I "dared" to introduce myself, alone on stage, in front of many people from all over the world, people I did not know at all. And the audience gave me a wonderful welcome. I will always remember this unique Varna experience, the prize, the progress, the hard work and the multiple encounters.

Many thanks dear Paul for this "deep dive" inside your path to victory.
Many thanks to you as well dear Peggy for your sincere report on this magnificent new role, which you wholeheartedly shared with us.

We will be more than happy to follow your respective careers on stage and backstage!

Thank to Joëlle Bonnet for the translation!

Read the interview in English - Translation by Joëlle Bonnet

Au palmarès du prestigieux concours international de danse de Varna, Paul Marque a succédé, en cet été 2016, à d’immenses artistes, dont Mikhaïl Barychnikov, lauréat il y a cinquante ans, en 1966, et, parmi d’autres médaillés de l’Opéra de Paris, Patrick Dupond, en 1976, il y a quarante ans.
Pour l’accompagner en Bulgarie, Peggy Dursort, elle aussi danseuse du Ballet de l’Opéra de Paris a "revêtu" le costume de coach.

Quelques semaines après le concours, souvenirs en duo des Corps et Graphies par le danseur et sa coach…

Aurélie [Dauvin] : Comment la décision fut-elle prise, Paul, de vous présenter à Varna ?

Paul [Marque] : J’ai découvert ce concours il y a quelques temps, en regardant des vidéos notamment, et je m’étais promis d’y participer un jour. Cette idée est restée dans un coin de ma tête.

Quand Ambre Chiarcosso (danseuse a l’Opéra de Paris) m’a demandé en décembre dernier [2015] si je souhaitais participer au concours avec elle cet été, j’ai bien sûr répondu oui.

Nous avons commencé à travailler quatre mois avant le concours, mais malheureusement, elle s’est blessée deux semaines avant de partir. Nous sommes donc partis à deux tout de même a Varna, Peggy et moi-même.

Aurélie : Aviez-vous participé à d’autres compétitions ?

Paul : Non, c’était ma première expérience de concours international.

Aurélie : Quant à vous, Peggy, en tant que danseuse notamment ?

Peggy [Dursort] : Non, hormis des concours au plus jeune âge, avant d’intégrer l’école de danse de l’Opéra de paris.

Variation de concours
Peggy Dursort, Grand Pas [Classique] [d'Auber] - Concours de promotion interne du Ballet de l'Opéra National de Paris

Aurélie : Que "saviez-vous" de ce concours : en tant que spectateur de quelques diffusions peut-être ?

Peggy : Je connaissais la difficulté de ce concours, réputé internationalement parlant, tant pour les conditions de travail que pour la qualité des danseurs en compétition.

Paul : Je savais déjà beaucoup de choses sur ce concours : sa difficulté, sa notoriété a travers le monde de la danse, les membres du jury et je connaissais quelques danseurs qui y participaient cette année…

Aurélie : Candidat de ce concours, vous marchiez dans les pas de lauréats que vous admirez ?

Paul : Bien entendu, mais je désirais avant tout faire mon chemin personnel.

Aurélie : Du choix d’une charmante coach…

Danseuse...
Peggy Dursort danse, en gala, la variation de Raymonda, acte III

Paul : Le coach n’est pas imposé. Là-bas, j’ai dansé, et elle s’est occupée de tout le reste (massage, professeur, agent de com[munication], psychologue,…) et je pense que c’est presque indispensable de s’entourer de personne comme elle dans ce genre de concours.

Aurélie : A qui doit-on le choix de Peggy ?

Peggy : Le choix du coach n’est pas défini par l’Opéra de paris.

J’ai accepté une proposition professionnelle tout simplement, naturellement et avec beaucoup de joie.

Paul : Le choix s’est fait avec Ambre, et assez naturellement. Nous avons beaucoup travaillé avec Grégory Gaillard (danseur à l’Opéra de Paris), et nous lui avons demandé s’il voulait et pouvait partir avec nous. Malheureusement, il avait déjà des obligations. Nous nous sommes donc rapidement tournés vers Peggy qui a de suite accepté.

Aurélie : D’ailleurs, Peggy, comment devient-on coach ?

Peggy : Durant toutes mes années d’apprentissage, et au fil de ma carrière professionnelle jusqu’a ce jour, j’ai eu l’immense chance de rencontrer de grands maitres qui m’ont nourris techniquement, intellectuellement, et spirituellement parlant. Retransmettre et rendre ce que l’on m‘a donné jusqu’a présent sonnait comme une évidence. Les qualités de coach que j’ai du fournir auprès de Paul étaient plus intuitives. J’ai toujours su que c’était présent en moi sans jamais réellement avoir eu la chance de pouvoir le mettre en pratique. Coacher Paul à Varna a été l’opportunité de le vivre. J’ai eu le sentiment d’être efficace, au bon endroit, au bon moment.

Aurélie : Quel fut votre rôle auprès de Paul ?
Pendant les répétitions ?

Peggy : Les répétitions, tantôt le jour par 40°, la nuit, ou dans une salle de sport destinée au basket, me permettaient, bien entendu, de porter un regard exigent sur le perfectionnement technique et artistique de ses variations, toujours équipée de ma vidéo. J’ai du m’adapter a sa fatigue, a son humeur du moment, aux retombées de la performance de la veille ou encore aux conditions de travail sur place. Il était essentiel pour moi de toujours le faire revenir au travail, avec rigueur, afin de ne rien laisser au hasard et de lui permettre de se détacher de toute perturbation mentale tant vis a vis des conditions que vis a vis des résultats, même positifs.

Il était primordial pour moi, contrairement a certain coachs, de me placer dans la salle afin de pouvoir avoir le recul nécessaire sur son travail et surtout de le laisser libre d’être l’unique maitre des lieux.

J’ai voulu lui apporter une vision bien précise de ses placements en scène, choisir avec lui ses différentes entrées et lui faire prendre conscience de sa manière de se présenter et de sortir de scène.

J’ai du également gérer certains éléments que j’ai appris dans l’urgence comme le fait de créer ses lumières a 5 heures du matin, négocier ,avec beaucoup de bienveillance, le respect du temps de répétition avec les autres concurrents et apporter une écoute précise aux différents tops musicaux.

Aurélie : Pendant les épreuves ?

Peggy : Les soirs d’épreuve, ma place se situait tant dans la salle qu’en coulisse.

Avant chaque passage, je demandais à Paul de visualiser tout ce qu’il avait à offrir en dansant, et d’être parfaitement lucide, conscient de chaque moment présent, tout cela en écoutant la musique, qui pour moi, le soutenait de manière inconditionnel en scène.

Après chaque passage, je le retrouvais en coulisse, pour l’aider a se changer. J’ai pu prendre conscience de la difficulté d’agrafer et de dégrafer les pourpoints dans un temps limité.

Et pour finir, au cœur de l’expérience de ces soirées d’épreuve, j’ai instinctivement ressenti le besoin de lui apporter toute mon affection.

Aurélie : Entre ces moments de danse… ?

Peggy : Mon rôle était de gérer le planning de nos journées au millimètre en apportant un maximum de confort à Paul afin d’optimiser ses performances et sa récupération. Nous avions 10 sonneries de réveil dans une journée parfaitement synchronisées. Les débriefings à l’hôtel ou au parc, se succédaient, avant et après le travail. J’ai donné une grande valeur au travail sur vidéo. Nous en parlions et décidions ensemble des améliorations à apporter a ses différentes variations. Paul refaisait consciencieusement chaque correction et visualisait ses intentions.

Je lui ai créé une routine quotidienne de préparation physique et de récupération largement favorisé par la chance que nous avions de loger au Graffiti Hotel qui nous offrait l’opportunité d’accéder à une salle de sport équipée de tous les éléments prévus à cet effet.

Le soir, je le massais juste avant qu’il s’endorme pour lui permettre de récupérer au mieux.

J’étais tenu d’assurer la communication sur les différents réseaux sociaux afin de permettre à notre entourage, à l’AROP - "Association pour le rayonnement de l’Opéra de paris" - qui a financé notre aventure et aux personnes désireuses de suivre le concours, d’avoir le sentiment d'être sur place.

J’ai voulu également sensibiliser Paul à l’actualité internationale, afin de lui faire prendre conscience de sa place sur scène en tant qu’artiste et ambassadeur de valeurs de beauté, de paix et de rêve, bien au-delà de toute idée de compétition.

Nous avons privilégié les moments de repos, la sieste était notre alliée, ainsi que les instants de rire, de complicité et de bien-être.

J’ai souhaité également que nous soyons dans le respect de nos moments de solitude et du rythme de chacun ainsi que les moments de rencontre avec les autres danseurs.

Complicité...
Peggy Dursort et Paul Marque, devant le Graffiti Gallery Hotel, avant la  soirée du deuxième tour du Concours International de Varna

.

Paul : En effet, tout ce qui se passait entre les moments de travail était géré par Peggy : elle s’occupait de l’emploi du temps pour optimiser un maximum les temps de repos. Elle prévoyait un moment pour chaque chose, et je n’avait plus qu’à me laisser porter par cet emploi du temps réglé a la seconde.

Aurélie : Qu’est-ce que le règlement vous autorise et que vous avez apprécié ?

Paul : Il nous laissait une grande liberté. Nous avions beaucoup de temps libre qui nous laissait organiser les temps de travail et de repos en fonction des quelques répétitions "obligatoires" et des passages sur scène.

Aurélie : Qu’est-ce qu’il n’autorise pas et qui vous a "manqué" ?

Peggy : Les épreuves se succédaient et nous étions pleinement investis. Nous nous sommes accordés très peu de moments de loisir pour sortir des objectifs que nous nous étions fixés.

Le moment délicat vis à vis du règlement a été pour nous de gérer la première soirée de Gala au lendemain des résultats. En effet, nous n’avons pas eu la possibilité de prendre du recul vis à vis des émotions de la veille et la fatigue se ressentait. Nous aurions aimé avoir une journée de repos pour digérer les événements et pour nous reconcentrer sur ces soirées de spectacle qui nécessitaient tout autant d’attention que la compétition.

Soirée de Gala
Peggy Dursort et Paul Marque, devant leur hôtel - avant la soirée de Gala et la remise des prix
Paul dansa, ce soir-là, la variation [de] Donizetti et celle du Grand Pas [Classique] [d'Auber]

Paul : Je ne pense pas avoir manqué de quelque chose en particulier. Peut être de temps. Le concours est long, mais on n’a pas une minute à soi ! Tout s’enchaîne à la vitesse grand V, que se soit les répétitions, ou les épreuves et galas.

En même temps, le concours de Varna dans des conditions optimales - de repos surtout - ne serait pas le même.

Aurélie : Peggy a-t-elle été à la hauteur de vos attentes ?

Paul : Elle a été plus qu’a la hauteur ! Nous ne nous connaissions pas énormément avant de nous retrouver en Bulgarie, mais j’ai pu faire la rencontre d’une très belle personne, sensible, à l’écoute, et très maternelle. Je pense que c’était exactement la personne qu’il me fallait pour ce concours. Elle a joué son rôle de coach a 200%, alors que c’était sa toute première expérience dans le domaine. Elle a une très bonne intuition, qu’elle a suivit tout au long de la compétition, et m’a servit au plus haut point. Elle anticipait chaque répétition, chaque temps de repos, chaque petit détail qui pouvait me paraitre insignifiant, mais qui avait toute son importance. Mais elle ne s’est pas arrêtée la : elle était également ma masseuse, mon agent de com[munication], ma psychologue, costumière… toute une panoplie de rôles faits, et bien fait. Depuis le début du concours, elle m’a énormément apporté, humainement et professionnellement parlant. Aujourd’hui je ne peux que la remercier de ce qu’elle m’a apporté, de ce qu’elle m’a appris.

Aurélie : Comment avez-vous choisi les variations que vous avez présentées au fur et à mesure des épreuves ?
Qui choisi les variations ?

Peggy : Je n’ai pas participé au choix des variations.

Paul : Tout d’abord, je préparais ce concours en couple. Nous avions donc cinq Pas de Deux à préparer (trois classiques et deux contemporains). Mais lorsqu’Ambre s’est blessée, j’ai du changer de programme pour avoir huit variations (six classiques plus deux contemporaines). Le choix s’est fait assez facilement, j’ai tout d’abord repris les variations des Pas de Deux classiques travaillés avec Ambre, puis choisi les autres variations. Une fois cela décidés, nous les avons réparties en trois pour chacun des trois tours, afin de trouver lesquelles se correspondaient le mieux.

Aurélie : Combien le concours en impose-t-il ? (il me semble qu’il n’y a pas de variation strictement imposée ; je parle ici du nombre et de la variété – classique, néo-classique ou contemporaine.

Paul : Il n’y a pas de variation imposée. Les critères sont autres : pour le premier tour, elles doivent être choisies sur la grande liste que le concours nous propose. Pour le deuxième et troisième tour, les classiques doivent dater d’une certaine époque, et les contemporaines doivent également respecter des dates (créées depuis moins de 5 ou 10 ans).

Aurélie : Peggy, pourriez-vous, s’il vous plaît, donner aussi vos impressions sur les choix au fur et à mesure ?

Pour le premier tour tout d’abord…

Peggy : Excellents choix, ces variations permettaient à Paul d’exprimer l’élégance de l’école française ainsi que ses grandes qualités de danseur.

Aurélie : Pour le deuxième tour…

Peggy : La Sylphide de Pierre Lacotte est un exercice de style qui lui permettait une fois de plus de mettre en valeur les qualités de notre Maison.

Giselle faisait parti des choix très récents de Paul étant donné qu’il devait passer le concours en couple. Cette variation révélait chez lui sa grande sensibilité et sa fougue.

Le choix de Blake Works a été également fait dans l’urgence. Un choix de qualité puisqu’il mettait en avant, l’opportunité que nous avons à l’Opéra de Paris de travailler avec les plus grands chorégraphes tel que William Forsythe.

Aurélie : Celles du troisième tour, soit la finale…

Peggy : Etudes, également un choix fait dans l’urgence, variation brillante, un classique indéniable souvent très attendu par le public qui avait toute sa place pour une finale.

Donizetti, remarquable choix. Paul a excellé dans cette variation et a su mettre en valeur la qualité de la chorégraphie de Manuel Legris, pour qui j’éprouve énormément de respect.

Genus, création de Wayne McGregor, autre très grand chorégraphe, apparaissait comme un choix pertinent dans la lignée contemporaine du concours. Paul a pu y démontrer un sens inné du mouvement en dehors du répertoire classique.

Aurélie : Joli clin d’œil que le choix de Donizetti, dans la chorégraphie de Manuel Legris, qui fut lauréat de ce concours…

Paul : Cette variation a été tirée du Pas de Deux Donizetti que nous avions travaillé avec Ambre. J’avais tout de suite adoré ce Pas de Deux, de part ce coté encore un peu inconnu, et de la totale marque française qui en ressortait.

Avant de partir, nous avons eut la grande chance de pouvoir rencontrer Manuel Legris, et de travailler avec lui ce Pas de Deux, ce qui nous a bien sûr apporté énormément. Avoir la vision et les corrections du chorégraphe en personne est toujours un élément très important et précieux lorsque cela est possible. De plus, je portais un costume de Manuel Legris pour danser cette variation !

Aurélie : Revivons ensemble ces variations, tour à tour ; feuilletons l'album de scène de Varna : les vidéos - des variations classiques - que vous m'avez confiées !

En "couverture" de cet album vidéo, une photo ; un cliché en est la "signature".
Bien que le spectacle se déroule au rythme, créé à loisir par le passage d'une image - "précédente" - à l'autre - "suivante" -, des pièces feuilletées, chaque variation peut être interrompue également grâce aux boutons "Pause" ou "stop", ou reprises par l'appui sur "lecture".

Théâtre
Théâtre en plein air - scène du concours international de danse de Varna


Daniel-François-Esprit Auber : Grand Pas Classique


Piotr Ilitch Tchaïkovsky : Le Lac des Cygnes, variation de Siegfried


Jean-Madeleine Schneitzhoeffer : La Sylphide, variation de James


Adolphe Adam : Giselle, variation d'Albrecht


Carl Czerny : Etudes


Donizetti Variation - chorégraphie de Manuel Legris

Félicitations !
Paul Marque lors de la cérémonie de remise des prix du XXVIème concours international de danse de Varna - juillet 2016
(Photographie : Viktor Viktorov - IBC-Varna)

Aurélie : Comment avez-vous perçu le niveau du concours ?

Peggy : La scène de Varna invite des danseurs du monde entier. Chaque compétiteur apportait la richesse de l’art chorégraphique d’un point de vue internationale. Certains favorisaient la technicité, tandis que d’autres favorisaient le sens artistique. Le niveau du concours était élevé et qualifiait le potentiel de cette nouvelle génération montante.

Paul : J’ai très peu vu les autres candidats danser malheureusement. Je n’ai donc pas pu vraiment évaluer le niveau du concours…

Aurélie : Les candidats se révèlent-ils au fil des tours ?

Peggy : Certains montraient un grand potentiel au premier tour, puis se faisaient plus discrets par la suite. Tandis que d’autres confirmaient la première impression et nous apportaient de nouvelles facettes de leur personnalité très intéressantes.

Paul : Je dirais, quant à moi, oui et non ! ! Tout d’abord non, car tous les danseurs arrivent à ce concours avec leur propre expérience et un parcours différent, et chaque parcours a nécessité des années de travail. Même si le concours est long, un danseur ne se révèlent pas sur une aussi courte durée. Mais d’un autre coté, certains danseurs viennent participer a ce concours plus ou moins incognito, et ils peuvent alors être "découverts".

Aurélie : Parmi les candidats, figuraient ceux que vous connaissiez sans doute…?

Peggy : Je connaissais Neven Ritmanic qui avait fait une année à l’Opéra de Paris…

Paul : Je connaissais aussi, un peu, Neven Ritmanic, ainsi que Gilles Delellio que j’avais rencontré un an auparavant, lors du stage de Biarritz et avec qui j’avais sympathisé. Mais encore une fois sans jamais pouvoir les voir danser…

Aurélie : Ceux que vous "craigniez" ?

Paul : J’avais entendu parler de quelques très bons danseurs durant le concours, ou encore entendu le public en ovationner certains. Mais sans jamais les voir danser, ce qui ne me donnait aucune idée de leur niveau…

Aurélie : Ceux que vous avez découverts – et même au-delà de la scène… - ?

Peggy : Nous avons eu l'opportunité de faire de belles rencontres avec les autres danseurs et les membres du jury, notamment Eric vu-an qui nous a prodigué de précieux conseils pour la suite de la carrière de Paul, la directrice du ballet de Cuba Aurora Bosch, Vladimir Vassiliev, Eldar Aliev, avec qui nous avons eu des échanges très enrichissants, l’élégante directrice du ballet de chine Feng Ying… Nous avons aussi pu échanger avec le staff du concours de Varna, ainsi que qu’avec beaucoup d’amateurs de danse venus regarder la compétition.

Paul : Je suis revenu, c’est vrai, de ce concours avec beaucoup de relations.

Une fois le concours terminé, les candidats sont moins dans leur bulle (du moins pour ma part) ce qui permet de s’ouvrir aux autres plus facilement.

J’ai donc eu la chance de rencontrer beaucoup de danseurs et danseuses du monde entier, certains grands noms de la danse présents dans le jury cette année, tel que Eric Vu-An, Vladimir Vassiliev, Eldar Aliev, Feng Ying, Aurora Bosch ou encore Hiroaki Imamura. J’ai également rencontré beaucoup de passionnés de danse, de toute nationalité, venus assister au concours.

Aurélie : Vous croisiez-vous (en cours, en répétitions) ? ?

Peggy : Oui ! Quotidiennement, dans le cadre de la compétition, et avec plus de liberté lors des soirées de gala, ainsi qu’à la réception organisée après le premier spectacle.

Paul : Bien sûr, nous nous croisions, tout d’abord les soirs de concours, dans la salle d’échauffement, dans les loges ou aux alentours de la scène, également lors des répétitions en studios et sur scène… Mais avant la fin du concours, j’ai eu très peu de contacts avec les autres candidats.

J’ai réellement pu les découvrir lors des jours de galas, après les résultats.

Variation
Paul Marque danse la variation de James, à l'acte II de La Sylphide, dans la chorégraphie de Pierre Lacotte
Deuxième tour du XXVIème Concours International de danse de Varna - juillet 2016
(© IBC-Varna)

Aurélie : Paul, regardiez-vous danser vos concurrents ? Vous sentiez-vous observé ?

Paul : Pour choisir l’ordre de passage du concours, il y a un tirage au sort prévu au début et j’ai tiré un numéro très élevé (154 sur 155 participants) ce qui me faisait toujours répéter ou concourir dans les derniers (voire très souvent le dernier) je ne voyais donc presque pas les autres concurrents. Ce qui était en même temps frustrant sur le moment, mais qui me permettait aussi de rester dans ma bulle de concentration.

Aurélie : Peggy, observiez-vous et que "rapportiez-vous" alors ?

Peggy : J’ai assisté à la grande majorité des soirées de compétition, tandis que Paul pouvait prendre le temps de se reposer et de se recentrer. Poser un regard sur les autres concurrents me permettait de m’enrichir personnellement et de livrer à Paul mes impressions. J’apprenais donc à voir ce que j’attendais ou non de Paul en scène a travers les réussites et les échecs des autres concurrents.

Je n’ai jamais eu d’inquiétude à retransmettre à Paul ce que je voyais. Il était clair pour moi, et je lui ai très vite dit, que la seule personne avec qui il était en compétition, c’était lui-même.

Aurélie : Etablissiez-vous quelque "stratégie" ?

Peggy : Notre stratégie était très simple. Complicité, sincérité, authenticité…

Aurélie : Le concours international de Varna a la particularité de se dérouler en plein air. Quelles difficultés cela implique-t-il éventuellement ?

Paul : Je n’ai pas trouvé qu’il y avait réellement de difficulté particulière au fait que le théâtre soit en plein air. Le fait qu’il soit près de la mer était plus problématique, car l’air iodé fait que le sol était très glissant, et donc plus dangereux pour les danseurs.

Aurélie : De vos sensations pour "une première" en concours et dans ces "conditions particulières"…

Albrecht
Paul Marque danse la variation d’Albrecht à l'acte II de Giselle, dans la chorégraphie de Jean Coralli et Jules Perrot
Deuxième tour du XXVIème Concours International de danse de Varna - juillet 2016
(© IBC-Varna)

Paul : C’était l’une des premières fois que je me retrouvais face à des danseurs venus des quatre coins du monde, dans une ville qui m’était complètement inconnue. Donc je suis passé par une variété de sensations qui m’ont plutôt surpris et que Peggy m’aidait à gérer.

Aurélie : Quelles qualités le jury a-t-il récompensé en vous décernant la médaille d’or ?

Paul : Je sais que le jury établi un classement par un système de points, mais les critères de notation me sont inconnus.

Je ne sais donc pas avec exactitude ce que le jury a récompensé par ce prix qu’il m’a décerné. Les danseurs avec qui je concourais venaient du monde entier, et nous avions donc tous des techniques différentes. Peut être que l’école dite française a été plus appréciée que d’autres.

Aurélie : Je me tourne vers la coach, au rôle si important… Bien qu’aucun prix ne soit offert à son attention… Il en est trop souvent ainsi des personnes qui travaillent "dans l’ombre", à la réussite des autres, au "service" de l’art !
Difficile peut-être de parler de ses propres qualités, quoique vous ne devriez pas être modeste (sourire)

Peggy : Effectivement, ce n’est pas simple de parler de soi. Je peux, simplement dire, que j’ai donné tout ce que je pouvais et possédais au fond de moi à Paul. Je me suis investie à 100% avec passion et joie. J’ai vécu une expérience extrêmement heureuse à ses cotés. Un événement marquant et inoubliable dans une vie d’artiste et dans une vie plus concrètement.

Aurélie : La plus grande "difficulté" à laquelle vous avez été confrontée dans votre fonction ?

Peggy : Paul est un danseur instinctif et passionné qui a besoin d’avoir envie. Le lendemain des grandes performances, il avait un peu plus de mal à se rediriger vers l’exigence des répétitions. Ce qui est tout a fait normal, il reste humain… La fatigue, l’adrénaline, le stress de la veille, l’impossibilité de souffler, de digérer étaient des composantes bien réelles, même chez un danseur comme lui, très travailleur. J’ai du le recadrer, le pousser dans ses retranchements, montrer une main de fer dans un gant de velours. Toute la difficulté pour moi, résidait dans le fait d’avoir le sentiment d’être dans le vrai et en même temps de ne pas respecter son rythme humain et ses besoins vitaux. Mais je ne regrette absolument pas d’avoir eu recours à cette exigence. La deuxième difficulté a été pour moi de travailler dans des studios qui n’étaient pas destinés à un danseur classique, le sol était trop dur. J’ai donc du demander a Paul de marquer, ce qui se ressentait par la suite, dans ses répétitions en scène. J’ai fait le choix de prendre le risque d’aller en scène en dehors de nos horaires de répétitions sans réellement savoir si nous allions pouvoir travailler. La chance nous a souri et nous avons pu répéter aux horaires que personne ne voulait, c’est à dire très tôt le matin, ou à midi sous 40°. Une fois de plus, Paul s’est adapté malgré nos petites nuits de 2 heures de sommeil ou sous une chaleur étouffante. Je retrouvais à coup sur la lucidité et le respect qu’il porte a son travail.

Aurélie : Et vous, Paul, pourriez-vous évoquer La plus grande "difficulté" à laquelle vous avez été confronté ?

Paul : Je pense que les plus grandes difficultés que j’ai rencontrées furent les conditions de travail la bas.

Tout d’abord les studios de danse dans lesquels nous répétions n’étaient pas du tout adaptés à la danse. Nous nous sommes retrouvés dans une salle de basket bétonnée, ou dans la même salle qu’un cours de gymnastique artistique, uniquement séparés par un rideau, et sur un sol en bois dure glissant.

Ensuite, il y avait les heures de répétitions : celles en studio étaient généralement très tôt le matin, loin du centre de la ville, celles en scène étaient soient tôt le matin également, soient tard dans la journée, peu de temps avant une épreuve, ou le midi par une chaleur insoutenable. Il y avait également les répétitions la nuit, à des horaires improbables (de 1 heure et demie à 5 heures et demie du matin par exemple…), et avec une température moindre qui refroidi le corps en un rien de temps.

Il y avait le temps de répétition, qui variait plus ou moins en fonction des tours : entre une heure et une heure trente en studio, puis trente minutes sur scène la journée, et exactement quatre minutes par variation pendant la nuit.

Mazurka
Paul Marque danse la Mazurka d'Etude, dans la chorégraphie d'Harald Lander
Troisième tour du XXVIème Concours International de danse de Varna - juillet 2016
(© IBC-Varna)

Aurélie : Les répétitions avaient lieu… La nuit.
Pourquoi ?

Paul : C’est essentiellement pour avoir les mêmes conditions que le jour J. Le théâtre étant en plein air, nous ne pouvions avoir les éclairages qu’une fois la nuit tombée. Pour les mêmes raisons, les épreuves commençaient le soir, une fois que le noir de la nuit était la. Nous devions alors attendre la fin du tour pour pouvoir prendre possession de la scène.

Aurélie : Comment avez-vous géré cela ?

Peggy : Assez naturellement. Nous considérions ces nuits de répétition comme des journées, et nos journées comme des nuits. Nous récupérions grâce à des siestes quotidiennes.

Paul : Nous l’avons géré plutôt facilement. J’avais déjà prit l’habitude de me chauffer seul en un laps de temps plutôt réduit, et de me mettre dans ma bulle pour rester dans une concentration même a des heures inhabituelles.

Le reste s’est fait naturellement, mon temps sur scène était chronométré mais nous avions déjà pensé à ce qui devait se passer sur scène en un temps prévu. Lorsque le temps était long entre deux passages, Peggy commençait son travail de corrections.

Genus
Paul Marque danse [in] Genus, dans la chorégraphie de Wayne McGregore
Troisième tour du XXVIème Concours International de danse de Varna - juillet 2016
(© IBC-Varna)

Aurélie : Que diriez-vous du public et de son accueil…
Sur place ?

Peggy : Le public était composé d’amateurs de danse du monde entier, des habitants de la ville de Varna, et des touristes curieux de l’événement.

La réaction du public était libre. Il accueillait avec beaucoup d’enthousiasme les différents talents et respectait les danseurs moins doués.

J’ai été très touchée par l’accueil fait à Paul après son premier passage, une standing ovation. Beaucoup de personnes sont venues féliciter Paul, l’encourager pour les différentes étapes du concours.

Paul : Le public est connaisseur, on le sent. Les personnes qui assistent a ce concours en ont déjà surement vu d’autres, voire ont participé à d’autres compétitions ; elles sont très enthousiastes, n’hésitent pas à applaudir et sont d’une gentillesse incroyable. J’ai d’ailleurs eu la chance d’en rencontrer quelques unes.

Aurélie : Sur les réseaux sociaux ?

Peggy : J’essayais tant que possible sur mon temps libre de permettre aux personnes désireuses de suivre Paul, d’avoir le sentiment d’être auprès de nous.

Nous avons reçu beaucoup de soutient, d’encouragements et de félicitations.

Cette énergie a beaucoup compté pour nous, elle nous a porté et je tiens à remercier sincèrement ceux qui se sont exprimés.

Paul : J’ai eu beaucoup de chance d’être très soutenu par messages ou publications sur les réseaux sociaux, que se soit par ma famille, des amis, des danseurs de l’Opéra, ou d’autres personnes qui me suivaient dans ce concours. J’ai reçu beaucoup de mots d’encouragements qui m’ont motivé à chaque instant.

Aurélie : Lequel alors gérait ces réseaux sociaux ?

Peggy : Je m’en suis occupée, tout en concertant Paul a chacune de mes décisions.

Paul : Peggy a fait plus que sa part ! ! ! Elle s’occupait aussi bien de faire les montages vidéos, que d’écrire des messages, de répondre a certaines personnes, pour que je puisse tout simplement avoir un peu plus de temps de repos, quelques minutes en plus pour me maquiller, dormir ou manger. Elle a joué le rôle d’un agent de presse ! !

Aurélie : Etait-ce une sorte de "récréation" peut-être ou bien, au contraire, une contrainte "obligée" pour répondre aux attentes de votre public ?

Peggy : Je ne me suis jamais sentie obligée de rien… Nous étions à l’étranger dans un contexte de concours. Le lien avec notre famille professionnelle, nos familles respectives, nos amis et tous les passionnés de danse nous apportait une bouffée d’oxygène et un soutient de notre pays.

Paul : Je ne l’ai absolument pas ressenti comme une contrainte. C’était au contraire des moments qui me motivaient, qui m’ont donné de l’énergie. Dans ces moments la, on se sent très entouré, soutenu, et je pense que c’est très important.

Salut
Paul Marque, salut [de la] variation d'Albrecht à l'acte II de Giselle
XXVIème concours international de danse de Varna - juillet 2016
(Photographie : Viktor Viktorov - IBC-Varna)

Aurélie : Qu’est-ce qui vous a le plus surpris à Varna ?

Peggy : La gentillesse des bulgares, le fait de pouvoir manger des repas raffinés pour des sommes dérisoires, la beauté de cette petite ville balnéaire, le respect des concurrents entre eux et enfin la qualité de la compétition.

Paul : Tout et rien à la fois. Avant de partir, je m’étais beaucoup renseigné, sur internet ou par d’autres danseurs ayant déjà concourut, sur ce qui se passait à Varna. Je m’étais donc préparé a un bon nombre de choses. Mais finalement, on ne peut rien prévoir réellement, ce qui fait qu’à la fois j’étais prévenu, mais arrivé sur place, on improvise plus ou moins.

Aurélie : Qu’est-ce que peut vous apporter Varna ?

Paul : Varna est un concours ou l’on peut gagner bien plus qu’une médaille et un prix. Tout d’abord, sur la période de préparation, le travail fait et les progrès effectués sont déjà une immense récompense. A cette période la, nous sommes acharnés du travail, en juxtaposant la saison a l’Opéra (répétitions et spectacle), avec les galas (également répétitions et spectacle, mais également des déplacements en France ou a l’étranger), et bien sûr les répétitions pour ce concours.

Ensuite, sur place, les rencontres faites avec les autres candidats, les membres du jury ou encore les passionnés de danse de toutes nationalités dans le public sont très intéressantes. On découvre d’autres manières de danser, d’autres techniques, un nouveau public avec des attentes différentes, et des grands noms de la danse parmi les membres du jury. Toutes ses nouvelles relations, professionnelles ou amicales vous apportent beaucoup.

Il y a bien sûr le prix en lui-même, qui nous apporte la médaille, mais aussi, d’une certaine manière, une plus grande notoriété, ou des propositions pour des galas par exemple.

Je pense que beaucoup de danseurs viennent a Varna dans l’espoir d’obtenir une médaille et un prix, mais on ne peut pas imaginer tout ce qui peut en découler une fois le concours fini.

Aurélie : Et en ce qui concerne votre rôle, Peggy, qu’est-ce que vous aura apporté cette expérience de coaching ?

Peggy : Varna est une expérience inoubliable, je dirais magique. J’ai découvert Paul, un danseur magnifique. Le fait d’accompagner un danseur dans le cadre d’une compétition internationale ne sollicitait pas seulement le travail d’un professeur particulier, et je suis partisante du fait que "l’on ne peut rien enseigner à autrui. On ne peut que l’aider à le découvrir lui-même." Le rôle du coach est quelque chose de bien plus vaste, comme la préparation mentale quotidienne, une faculté d’organisation, une adaptabilité, une capacité à optimiser les performances du danseur avec une routine précise, une gestion des émotions, une attention et un dévouement de chaque instant et beaucoup d’affection. Aujourd’hui, cette expérience m’a permis d’être consciente de manière plus concrète de mes capacités.

Il y a quelques semaines, a ma plus grande joie, j’ai été acceptée en 2e année de master STAPS, en entrainement et optimisation de la performance du sportif, parcours préparation mentale tout en continuant en parallèle, de mener ma carrière a l’Opéra, mais l’expérience Varna tant en terme d’horaires, d’exigence, que d’investissement m’a apporté déjà une très bonne préparation, je pense (rires). Je remercie d’ailleurs Aurélie Dupont et Clothilde Vayer pour la confiance qu’elles m’ont accordée en acceptant cette formation, une opportunité pour moi, de m’enrichir de nouvelles techniques et outils, afin d’approfondir mes capacités instinctives et intuitives.

Inspiration...
Paul Marque et Peggy Dursort, dernier debriefing - inspiration sur la terrasse du Graffiti Gallery Hotel avant le troisième tour du Concours International de Varna -

Aurélie : Pourriez-vous expliquer la manière dont l’Opéra de Paris vous a apporté son soutien ?

Peggy : L’Opéra a été très présent tout en restant une structure qui nous laisse assez libre dans le cadre du concours de Varna, mais nous pouvions demander de l’aide, des conseils, du soutient à tout moment. Nous étions financés par l’AROP, ce qui nous a permis de vivre sur place dans un confort plus qu’optimales. De plus, le staff de l’Opéra a été d’une grande aide. Paul avait des bandes son de grande qualité, des costumes sublimes et des chaussons teints en complet accord avec le costume. Et pour finir, l’équipe vidéo a mis a disposition toutes les vidéos des variations choisies dès le début de la préparation, avec beaucoup de disponibilité.

Paul : L’Opéra a été très présent. Tout d’abord, c’est bien de le répéter sans aucun doute, par le fait que l’AROP a financé complètement le voyage a Varna, ce qui n’est pas moindre.

Par ailleurs, durant la préparation du concours, j’ai eu la chance d’être beaucoup épaulé : par les danseurs qui me soutenaient énormément, en suite par les conseils que me donnaient d’anciens candidats (Hugo Marchand, Jérémy-Lou Quer, Hannah O’Neill,…), et puis les professeurs avec qui j’ai travaillé, et notamment Grégory Gaillard, qui réussissaient à me motiver quelque soient les circonstances.

Sur place, j’ai eu beaucoup de messages de soutient de la part des danseurs, avant pendant et après chaque épreuve, durant les journées de répétitions… Je pense que c’est très important ce genre de soutient moral et affectif lorsqu’on se retrouve dans un endroit inconnu. On peut vite prendre peur et lire ces lignes vous permet de transformer le stress (que j’associe à quelque chose de mauvais) en adrénaline (qui est pour moi le bon stress). Une fois le concours fini, j’ai également eu beaucoup de très gentils messages de la part de ces mêmes danseurs, et une fois revenu à Paris, j’ai été très touché par les attentions de chacun.

Aurélie : Comment avez-vous perçu les réactions au fil de la compétition ? Après les résultats ?

Peggy : Les réactions durant la compétition étaient principalement sur les réseaux sociaux, où Paul était très soutenu. Tandis que l’après résultat, même si il restait pour la grande majorité virtuel, s’est fait de manière plus intime. Par téléphone, avec nos proches, amis et le staff de l’Opéra.

Emotion...
Emotion de Paul Marque et de sa coach, Peggy Dursort, lors de la remise de la médaille d'or du Concours International de Varna - Cherno More Interhotel, Varna

Aurélie : Quel restera votre plus beau souvenir de Varna ?

Peggy : Tout d’abord l’expérience en elle même et beaucoup de belles rencontres.

Et puis… En tant que coach : à l’issue de son premier passage en scène, je devais le rejoindre pour l’aider à enfiler son prochain costume. J’ai fait le tour de la salle par ce petit chemin de verdure assez mythique de Varna, submergé d’émotion. Je me suis retrouvée devant lui, les larmes aux yeux… C’était un moment pur. Je n’avais ressenti qu’une seule fois ce sentiment, en assistant à une représentation du Sacre du Printemps de Pina Bausch à Garnier.

Bien sûr, il y a eu le moment de la remise de la médaille d’or, ou nous sommes tombés dans les bras l’un de l’autre. C’était le résultat pour Paul, de tellement d’investissement, d’abnégation complète à notre passion commune, j’ai aimé partager sa joie.

Paul : C’est assez dur de ne citer qu’un seul souvenir, il y en a tellement ! ! ! Je suis plutôt timide de nature, mais lors de ce concours, j’ai "osé" me présenter devant des personnes du monde entier, que je ne connaissais absolument pas et seul sur scène. Et le public m’a accueilli à bras ouvert. Je pense que le souvenir qui restera le plus longtemps est donc cette expérience unique que le concours de Varna, au milieu du prix, des progrès, du travail, et des multiples rencontres.

Merci à vous, Paul, pour ces "développés" de votre beau parcours victorieux.
Merci à vous, Peggy, pour votre sincérité "fondue" en cette prise de rôle magnifique, partagée avec cœur.

Au plaisir de suivre vos carrières en scène et en coulisses !

Aurélie Dauvin © Corps et Graphies

La présentation et le contenu de ce site sont protégés par les lois en vigueur sur la propriétæ intellectuelle. Toute exploitation, même partielle, sous quelque forme que ce soit (écrite, imprimée ou électronique), est rigoureusement interdite sans l'autorisation expresse préalable des auteurs. Tout contrevenant s'expose à des poursuites et aux sanctions applicables conformément à la loi FranÇaise rægissant les droits d'auteur et aux lois du Copyright International.

Retourner en haut de la page Page modifiée le 18/01/2017.